Une aventure de l’allaitement au 21ème siècle

Cet article est écrit par Denielle Kennett. Elle est maman de la petite Lennon et habite à St. Petersburg en Floride avec son mari et deux chiens de refuge. Elle est fondatrice de « It Takes a Village », une communauté dédiée à aider les parents à passer au travers des 12 premières semaines de leur bébé en leur fournissant les items essentiels pour ces premiers 3 mois de vie ensembles. Pour plus d’informations, veuillez lui écrire à hello@thefirst12-weeks.com ou visitez la au ITAVBox.com.

« Pourquoi ne pas prendre une photo, ça va durer plus longtemps ! »

« Continue à me fixer, peut-être que je vais faire un tour ! »

« Qu’est-ce que tu penses que tu regardes ? »

Ces pensées me sont toutes passées par la tête et ont possiblement même franchi mes lèvres depuis les douze derniers mois en tant que maman qui allaite. Je suis plus que certaine que je ne suis pas seule dans cette bataille constante entre l’allaitement en public et les passants qui doivent « subir » l’atrocité qu’est une mère qui allaite son enfant. Pourtant, pourquoi est-ce que je me sens comme si c’était encore un problème ?

Tout simplement parce que ça l’est.

Vous voyez, il y a plusieurs lunes quand je n’avais pas encore de bébé, je n’avais aucune idée que la séparation entre l’allaitement en public et tous les autres gens existait ! Pourquoi aurais-je été au courant de cet univers alternatif où les parents jugent les autres parents, où les femmes jugent les autres femmes, où les hommes restent bouche-bée/fixent/bavent/prennent en photo une mère qui allaite ? Parce que, tout simplement, je ne suis pas une imbécile et une mère qui allaite en public n’est pas quelque chose qui me ferait jeter un second regard ni quelque chose que je me remémorerais pendant le trajet jusqu’à chez moi.

Vous voyez, même avant mon bébé si je voyais une maman allaiter en public, ce n’était pas plus différent (pour moi, du moins) qu’une mère qui nage avec son enfant, un père qui lance une balle de baseball avec sa fille ou une nounou qui nourrit à la bouteille un nouveau-né. Vous savez pourquoi ? Parce que toutes ces choses sont bénéfiques pour le bébé, alors je ne vois pas pourquoi je jugerais. Pourquoi quelqu’un jugerait à ce sujet ?

Thessaloniki, Grèce, 1er novembre 2015 : Une mère allaite son bébé lors de la 6ème célébration nationale d’allaitement en public lors de la semaine de l’allaitement.

Et puis, un jour, alors que j’étais comme les citoyens de tous les jours, je suis devenu ce spectacle cirque. J’ai allaité ma fille en public et je suis devenue celle que tous fixaient, et c’était dommage.

J’étais en congé de maternité, heureusement pour moi et ma famille, j’habite à un endroit à distance de marche de parcs et d’un centre-ville pittoresque. Alors que j’étais assise dans l’un des parcs que j’ai mentionnés dans le fameux centre-ville pittoresque, ma fille (qui refusait la bouteille et les couvertures d’allaitement) a décidé qu’elle avait faim. Étant à près de deux kilomètres de la maison, j’avais deux choix : allaiter en public sans couverture, ou laisser mon bébé pleurer toute la route vers la maison. C’était une réponse facile, n’est-ce pas ? Il se trouvait que ce n’était pas seulement l’heure du dîner pour mon bébé, mais de la moitié de notre communauté aussi, nous donnant toute une foule de gens dans ce petit parc. Après seulement quelques minutes d’allaitement, j’ai remarqué des regards posés sur nous autant de femmes que d’hommes, plusieurs d’entre eux ont même tout fait en leur pouvoir pour que je sois consciente de leur inconfort. Certains étaient même assez gentils pour s’exclamer « hmph » et « pmph » alors j’étais encore plus consciente de leur agacement envers moi. Gentiment. Allez. Vous. Faire. Voir.

Je suis rentrée chez moi et quand mon mari est arrivé à son heure habituelle, je l’ai informé sur ma journée. Gardez en tête que je suis une toute nouvelle maman avec un tout nouveau bébé, alors tout à ce point est accablant à un certain degré. Alors, j’ai évidemment éclaté en pleurs tandis que je lui racontais ce qui était arrivé et j’ai même été jusqu’à lui demander si j’avais eu tort. Voici la meilleure partie : mon mari, qui est un homme incroyablement encourageant et qui me supporte, est aussi un avocat. Alors au lieu de me dire que ces personnes étaient des connards (ce qu’il a fait), il me répondit : « Ce n’est pas seulement dans tes droits de le faire, mais allaiter en public est un droit accordé par le pays. Tu N’AS PAS à te sentir dépréciée ou embarrassée à cause de cette situation. »

Arrêtez. Ça. Bien dit, chéri.

Alors, que dit la loi ? Voici un petit condensé, vous pouvez lire le tout ici.

Selon la National Conference of State Legislatures (NCSL.org) les faits suivants sont vrais :

  1. Quarante-neuf états, le District de Columbia et les Îles Vierges ont des lois qui permettent spécifiquement aux femmes d’allaiter dans tout endroit privé ou public.
  2. Vingt-neuf états, le District de Columbia et les Îles Vierges ont des exemptent l’allaitement des lois sur l’indécence en public..
  3. Vingt-huit états, le District de Columbia et Puerto Rico ont des règlements adaptés pour l’allaitement au bureau.
  4. Dix-sept états et Puerto Rico permettent aux femmes qui allaitent d’être exemptées d’être jury ou permettent de retarder leur obligation de s’y présenter.
  5. Six états et Puerto Rico ont mis en place ou encouragent le développement d’une campagne de sensibilisation et d’éducation à l’allaitement.

Alors, si je suis protégée par ce pays pour allaiter où je le veux, quand je le veux, pourquoi alors ais-je droit à tous ces commentaires méprisants et regards désobligeants ?

beach

Sam, qui est aussi une nouvelle maman, a un fils de maintenant un an, a rencontré une situation similaire. Mais, une situation a plus sorti du lot que les autres. Récemment, elle a publié des images professionnelles d’allaitement (comme celle à droite) et Sam a dit que bien que 99% des commentaires étaient extrêmement encourageants et positifs, « […] une connaissance sur Facebook a en effet laissé un commentaire grossier et perverti. Il va toujours y avoir cet idiot dans le groupe, celui qui ne peut tout simplement pas se taire. » a dit Sam. Le commentaire a été supprimé, mais disons qu’il a mentionné des choses concernant le fait qu’elle « montrait son castor » et pas la sorte qui construit des barrages.

Maintenant, à l’opposé, Sam se souvient d’une fois où elle a été littéralement applaudie pour allaiter en public. « Une des premières fois où j’ai allaité en public était quand Cade avait environ 4 semaines. Nous étions à un bar local et je mangeais des tacos au poissons en buvant une bière et bien sûr bébé se met à pleurer. Je l’ai allaité pendant environ 30 minutes (parce que c’est le temps que ça prend aux nouveau-nés pour se rassasier) et une femme d’âge moyen m’a fixé tout ce temps. Elle s’est finalement approchée de moi et tandis qu’elle approchait, j’étais mortifiée de savoir ce qui allait sortir de sa bouche. Elle a simplement souri et dit : « merci énormément d’allaiter en public.  » »

Oui, Sam, merci !

Alors, les étrangers sont une chose. Je veux dire, je ne peux pas blâmer ni avoir de la haine envers quelqu’un que je ne connais pas qui me juge, même si c’est exactement ce qu’ils me font. Non, je vais être la plus grande personne. Je veux dire, qui sait quelles luttes cette personne a dû surmonter et peut-être que quelque chose de similaire leur est arrivé et c’est la façon dont ils font face à tout ça. Je peux balayer de la main un commentaire déplacé d’un inconnu dû à de la simple stupidité et de l’ignorance, mais qu’arrive-t-il lorsque ce commentaire vient de quelqu’un de proche ; ou même d’un parent ?

« Je devais changer de pièce lorsque j’allaitais parce qu’il était inconfortable. »

Heureusement, je suis chanceuse, ma famille immédiate est beaucoup plus ouverte à ce sujet. Je suis la plus jeune sœur de deux frères, et même si j’essaie de ne pas allaiter directement face à eux, il y a des fois où ça arrive. Sont-ils partis en courant de dégoût ou ont-ils crié des blasphèmes envers moi ? Totalement l’inverse, en fait. Les deux m’ont offert d’aller me chercher de l’eau, ou ils s’asseyaient avec moi et me parlaient pour me tenir compagnie. Je peux donner le mérite à ma mère qui nous a bien élevés ou tout simplement que mes frères ne sont pas des connards, mais peu importe la raison c’est bien d’avoir du soutien.

Maintenant, déplaçons-nous chez ma belle-famille et c’est une histoire complètement différente. Ce n’est pas que les gens ont été déplacés envers moi, mais c’est « attendu » que j’aille dans une autre pièce (oui, même dans ma propre maison) quand nous sommes avec eux. La pire part est que mon beau-frère a vécu avec nous pendant quelques mois après la naissance de Lennon et je devais changer de pièce pendant que j’allaitais parce qu’il était inconfortable. Sérieusement ? Dans ma propre maison ?

Sam a eu une expérience similaire avec sa famille. « La mère de mon mari est beaucoup plus conservatrice au niveau de l’allaitement. Une fois, nous étions dans un avion et alors que j’ai allaité plusieurs fois à ma place à côté du hublot, elle a persisté à essayer de mettre une couverture sur la tête de mon fils plus de trente fois. C’était comme un jeu amusant de tape-la-taupe. » Je lui ai demandé si elle devait se couvrir ou se cacher lors de soupers de famille, similaire à ce que j’ai eu à vivre, et sa réponse était au point « si le fait que j’allaite offusque quelqu’un à un événement de famille, je leur recommandes fortement de mettre une couverture d’allaitement sur leur propre visage pour qu’ils n’aient pas à regarder. » Bien dit, Sam. Bien dit.

Image prise de Electricbreastpumpwomen.com. (L’artiste est inconnu)
Image prise de Electricbreastpumpwomen.com. (L’artiste est inconnu)

Alors, pourquoi est-ce que les femmes sont encore tourmentées à ce sujet ? Si vous regardez n’importe où sur les réseaux sociaux, vous pouvez voir la grande division. Vous pouvez regarder pour du soutien à l’allaitement, où des images des femmes s’habillent légèrement en public et marchent où des hommes les regardent fixement. À l’inverse, on peut voir une femme qui allaite silencieusement son enfant en public et où il y a un outrage public. D’accord, c’est peut-être un peu exagéré, mais est-ce vraiment si exagéré ? Ma réponse serait : non.

On voit des choses comme « normaliser l’allaitement » et « Free the Nipple » partout, mais ça ne fait pas que la société est meilleure. Malheureusement, si nous voulons voir un changement arriver, nous avons juste à continuer de les fouetter et être prête à répondre à tous les passants : « Arrête de regarder mes seins ! ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *