Spécial des Fêtes : Alcool et allaitement, ce qu’il faut savoir!

Un p’tit verre à ta santé, mon bébé?!

 

 

Par Marie-Caroline Bergouignan, Consultante en lactation IBCLC

Le temps des Fêtes approche, le temps des fêtes de famille aussi, tout s’organise tranquillement… Mais certaines femmes appréhendent cette période parce qu’elles allaitent et ne pourront pas en profiter comme tout le monde… Pourquoi? Les horaires  sont perturbés, la fatigue s’accumule, et en plus, elles allaitent, donc ne peuvent pas boire d’alcool. Vraiment??

Je vais tenter de vous apporter l’information afin de vous éclairer sur le sujet et de vous aider à prendre VOS décisions.

Officiellement, le « Mieux Vivre avec votre enfant…. » dit « les mères qui allaitent leur bébé peuvent consommer un verre d’alcool de temps en temps » (p.294, version 2012). Autant l’alcool est à éviter pendant la grossesse, autant pendant l’allaitement, il est toléré, mais attention, avec modération! Modération veut dire environ 2 consommations par semaine; au-delà de çà, les risques augmentent.

Ce qu’il faut savoir pour prendre la décision de boire ou ne pas boire de l’alcool pendant l’allaitement:

  • Le taux d’alcool dans votre lait est égal à celui dans votre sang et correspond en général à moins de 2% de la dose consommée par la mère.
  • Le taux le plus élevé dans votre lait sera environ 1 heure après la consommation (plus vite si vous êtes à jeun, moins vite si vous avez mangé).
  • Le bébé ne reçoit qu’une petite quantité d’alcool ingéré par la mère.
  • L’organisme du bébé est immature et donc élimine beaucoup plus lentement  que nous l’alcool. Plus le bébé est jeune, plus c’est vrai (deux fois moins vite les premières semaines de vie).
  • Bébé sera plus sensible aux effets de l’alcool. Son sommeil ou son comportement pourront être plus affectés. Les phases de sommeil seront en général écourtées. Le développement moteur semble être plus affecté par la consommation d’alcool régulière (sur une base quotidienne) et non le développement cognitif.
  • La consommation d’alcool peut affecter négativement la production de lait et le réflexe d’éjection (contrairement à des croyances dans certaines cultures) en diminuant la sécrétion d’ocytocine lorsque la consommation dépasse la modération. La production peut baisser jusqu’à 23% après que la mère ait consommé de l’alcool (pendant les 3-4 heures qui suivent). Cela peut donc avoir un impact plus important chez un bébé de faible poids ou faire en sorte que le bébé ne prenne pas assez de poids.
  • La consommation d’alcool n’altère pas la qualité du lait.
  • Seul le temps permet l’élimination de l’alcool dans le lait. Rien ne sert de boire plus d’eau ou autre chose.
  • Le lait maternel reste le meilleur lait à donner à votre enfant.

 

Ce qu’il faut savoir si vous décidez de boire de l’alcool et d’allaiter:

  • Chaque consommation prend environ 2-3 heures à être éliminée de votre corps (çà dépend de votre poids). Voir le tableau en référence dans « vos ressources »*.
  • Si vous buvez votre consommation juste avant une tétée, le temps que l’alcool se rende dans votre lait, la tétée sera finie et quand vous serez à la prochaine tétée (au moins 2 heures plus tard), votre corps aura éliminé la majorité de l’alcool.
  • Plus votre bébé est jeune, plus l’alcool a d’effets sur lui.
  • Si votre enfant fait ses nuits, cela vous laisse plus de souplesse.

 

Ce qu’il faut savoir si vous voulez boire de l’alcool mais ne pas allaiter votre bébé en même temps:

  • Si vous n’êtes pas confortable à allaiter alors que vous avez consommé, vous pouvez donner à bébé du lait exprimé auparavant (à la tasse, seringue, cuillère, dispositif d’aide à l’allaitement….).
  • Si vous vous sentez engorgée, vous pouvez tirer votre lait pour vous soulager et le jeter car la congélation ne supprime pas l’alcool.
  • L’alcool ne reste pas dans votre lait, il s’élimine aussi vite que dans votre sang. Ce qui veut dire que vous n’êtes pas obligée de tirer votre lait et de le jeter si vous n’êtes pas engorgée.

En fait, tout dépend de l’âge de l’enfant, de votre confort à boire et allaiter, de vos valeurs, de la quantité d’alcool que vous voulez boire, de votre poids et de votre état (à jeun ou pas). Une fois de plus, il n’y a pas une réponse mais chaque famille allaitante aura sa solution. À vous de trouver la Vôtre!

Il faut penser que dans cette période où la routine est perturbée, où bébé est voyagé à droite et à gauche, où il rencontre de nouveaux visages, l’allaitement est encore plus sécurisant et devient un des seuls repères stables pour le bébé, et peut donc être un allié pour passer de belles Fêtes en famille et vous faciliter la vie!

 

Joyeuses Fêtes à toutes les mamans qui allaitent!!

À votre santé!

 

Marie-Caroline Bergouignan

Consultante en lactation IBCLC

Au service de votre allaitement

www.sosallaitement.com

514-967-6206

Bibliographie :

  • Alcohol’s effect on lactation, de Julie Mennella, Ph.D., National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism, 2001
  • Can I drink alcohol? De Dr Hale, 2011
  • Drinking alcohol while breastfeeding ; will it harm my baby? De Gideon Koren, Md, Motherisk, 2002
  • Breastfeeding, a guide for the medical profession, de Ruth et Robert Lawrence, Éditions Elsevier Mosby, 2011

Vos ressources :

  • Mieux vivre avec son enfant, de la grossesse à deux ans, Institut National de Santé Publique du Québec, 2012
  • Motherisk 1-877-327-4636
  • Bien vivre l’allaitement, de Madeleine Allard et Annie Desrochers, Éditions Hurtubise, 2010
  • * Tableau pour estimer le temps d’élimination de l’alcool http://www.motherisk.org/prof/updatesDetail.jsp?content_id=347#table1

 

 

 

5 pensées sur “Spécial des Fêtes : Alcool et allaitement, ce qu’il faut savoir!”

  1. C’est intéressant et vraiment clair ! Mon fils a 9 mois et ne fait pas encore ses nuits. À date, ma consommation (très occasionnelle et pas beaucoup d’alcool non plus) ne l’a pas affecté même quand il était petit. Je vais probablement faire comme vous avez écrit et boire un p’tit Pineau des Charentes juste avant d’allaiter.

  2. « Modération veut dire environ 2 consommations par semaine; au-delà de çà, les risques augmentent. »

    Pourrais-je avoir des références qui prouvent que plus de 2 consommations par semaine en allaitant provoquent des…. risques? Quel genre de problèmes?

    Merci

  3. L’atricle très bien fait par ailleurs porte à confusion sur un point.
    Donc petite précision : il est préfarable de donner la tétée juste AVANT de consommer un peu d’alcool et non l’inverse (l’alcool passe très vite dans le sang et dans le lait).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *